Dinosaurus Etiquettus

Il y a quelques années, j’ai commencé à bosser sur un bouquin que je n’ai jamais fini et que je ne finirais jamais. Il est stocké sur mon disque dur, avec des photos et des textes plus ou moins prêts. Tout ça ne demande qu’à être publié.

Je commence aujourd’hui avec un petit doudou à étiquettes que j’avais nommé Dinosaurus étiquettus : un doudou tout doux à triturer dans tous les sens.

Fournitures

  • Du velours minky (ou minkee)
  • Deux cotonnades imprimées assortis au velours
  • Rubans, biais, croquets assortis,
  • De l’ouate
  • de la peinture textile blanche et noire et un fer à repasser ou du fil à broder noir et blanc

Puis laissez-vous guider par ces quelques photos…

Le Dinosaurus est prêt!

4 réflexions au sujet de « Dinosaurus Etiquettus »

  1. Bonsoir,
    Ce soir, le soleil est revenu en Normandie et je décide de visiter quelques blogs chéris d’il y a quelques années. Comme des lectrices l’ont écrit avant, je tape Bab et sourire, ton blog apparaît. Merci pour la qualité de tes photos, les pas à pas sur tes rangements en sous-pente notamment, ton esprit et ta volonté de naviguer, sans y être contrainte, dans la blogosphère. Je mets illico ton blog dans mon dossier chouchou et j’aurai plaisir à venir apprécier tes créations et à m’en inspirer ! Je crois savoir où tu habites et je me permets de te signaler que la mercerie Cocotte Couture, à Saint-Lô auprès l’église Notre-Dame est absolument craquante pour les tissus et l’accueil de la marchande (Camille, je crois). Je te souhaite une bonne et créative continuation.

    1. Bonsoir Claude, je suis contente que tu aies retrouvé le chemin jusqu’ici. Merci de m’avoir conseillé cette boutique, mais je suis allée une seule fois à Saint-Lô, pour ma carte grise et je n’y suis jamais retournée depuis.
      C’est un sacré défi de montrer des choses de sa vie tout en restant mystérieuse sur d’autres aspects. L’endroit où j’ai fait ma vie est un mystère que je souhaite garder. A bientôt!

  2. Oui, tu as raison. A me relire, j’ai été plutôt directe dans mon expression. Je souhaitais te dire, si j’avais été davantage prévenante, que nous habitons en Normandie, la grande Normandie, pour t’indiquer la jolie mercerie. Je me fais frémir à l’idée de déranger ta volonté de rester incognito sur l’essentiel de ta vie. Je mets ça sur le compte de l’enthousiasme de relire ton blog et ne recommencerai pas. Bonne continuation !

    1. En fait, j’avais l’impression que tu voulais que je précise davantage dans quel coin de la Normandie réunifiée je me trouvais. En privé, ça ne m’aurait pas dérangé, en commentaire, si. On passe à la suite 😉
      Tu vas trouver ça un peu bête, mais les trop jolies merceries m’intimident. J’ai l’impression que je ne suis pas à ma place: c’est trop féminin pour moi, comme si je n’avais pas le niveau. En revanche, je déambule sans complexe dans les magasins de bricolage et les cours des matériaux. Là, oui, je me sens à l’aise. Si je passe à Saint-Lô, j’ai un truc à y faire. Bonne soirée!

Laisser un commentaire