Tribulations Photographiques

Ou comment écrire un long article avec juste un peu de bricolage dedans…

J’ai toujours aimé insérer de temps à autre un article sur mon ressenti ou ma vie de blogueuse. Avant 2017, vous en trouverez peu : j’ai usé de mon privilège d’auteur pour en effacer la plupart, parce qu’ils n’étaient plus d’actualité. Celui-ci échappera probablement au prochain élagage : j’ai eu trop de mal à l’écrire. Ce n’était pas l’angoisse de la page blanche, mais plutôt l’incapacité à raconter ce que j’avais à raconter, comme j’avais envie de le raconter. Je vais donc vous parler de ma petite expérience de photographe pour ce blog.

Photographe, c’est un bien grand mot. Malgré plusieurs tentatives, je reste hermétique à la technique photographique pure. Vous ne me ferez pas frissonner en me parlant de priorité à l’ouverture ou de focale : j’ai lu des bouquins, j’ai même eu des cours dans ma jeunesse. Rien à faire : ça me glisse dessus comme sur les plumes d’un canard.

Mes appareils photo

J’ai à ma disposition deux appareils. Mon appareil principal est un bridge Panasonic Lumix FZ28 que je traîne depuis 2009. Il a échappé à tous les accidents auxquels n’avaient pas survécu ses 2 prédécesseurs.

Il est un peu cabossé, il porte quelques taches de peintures et de colle à carrelage sur l’arrière. Il me suit aussi bien en vacances qu’en travaux. Je le connais bien, même si je ne l’utilise pas au maximum de ses possibilités. Il est plutôt léger et maniable.

Depuis quelques mois, j’utilise aussi l’appareil photo de mon compagnon : un reflex Canon EOS 350D qu’il a depuis 2005 et qu’il n’utilise plus qu’exceptionnellement. J’avoue, je n’ai pas encore fini de lire le manuel d’utilisation, probablement à cause de ma passion pour la technique photo…

Quand j’ai commencé à bloguer sur Overblog en 2006, la plateforme rétrécissait d’office nos photos avant publication (à environ 300 px de large en 72 dpi). C’était logique pour plusieurs raisons :

  • Le volume de stockage par blog était ridicule (100 Mo si je me souviens bien) 
  • les débit internet étaient beaucoup plus faiblards qu’aujourd’hui et une page qui ne chargeait pas assez vite, c’était un visiteur qui passait à autre chose. 
  • La résolution spatiale des écrans cathodiques était aussi plus faible (et un chat pouvait s’y installer, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui)

Au final, l’image servait davantage d’illustration que d’information supplémentaire. Sur les blogs, les photos étaient souvent petites, moches et mal éclairées. Moi la première, je faisais comme tout le monde. J’avais fini ma créa, je faisais ma photo, j’écrivais mon petit laïus et je mettais en ligne. Je ne pensais même pas à composer ma photo. Après tout, ce n’était qu’un blog!

Pour moi, le déclic s’est passé ce jour-là :

J’avais fabriqué des petits sachets de lavande. Quand j’ai voulu prendre la photo, il faisait un temps magnifique: j’ai utilisé une vieille racine qui traînait là, j’ai rempli un pot avec la lavande du jardin et j’ai composé cette petite nature morte sous la tonnelle.Je l’ai faite à l’instinct, mais je l’ai trouvée belle. A partir de là, j’ai essayé de mettre plus de soin dans mes photo

Améliorer la lumière

Le ciel voilé de Normandie, quand il est clair, est une bénédiction pour les photos :

Il n’y a rien à faire, juste s’installer tranquillement et profiter! Pour faire de belles photos en intérieur, il faut savoir choisir le bon moment. L’idéal, c’est une journée ensoleillée vers 9 – 10 heures du matin (tout dépend de la saison). A cette heure-là, le soleil entre dans les maisons et il a une belle lumière blanche qui met en valeur les couleurs.

lumiere-du-matin

En extérieur, un rayon de soleil en fin d’après-midi peut aussi faire l’affaire (si on arrive à jouer avec les ombres).

reflecteur

Sur ces 2 photos, j’ai ajouté un petit accessoire : un déflecteur. Il est tout blanc sur une face et argenté sur l’autre. Il me permet de compenser les ombres en utilisant la lumière naturelle.

Il ne fait malheureusement pas toujours beau (même si cette année, l’été ne semblait pas vouloir finir).  J’avais déjà créé une sorte de studio avec des lampes et des ampoules lumière du jour (5400 K) dans mon ancienne maison.

studio-photo-2010

Je tamisais la lumière avec du papier calque, mais on voyait quand même des points lumineux. Depuis que je suis redevenue une blogueuse active et épanouie, un studio tout prêt était redevenu nécessaire

Le Studio Photo

J’ai fabriqué une structure en tasseaux, qui se replie un peu comme une table de camping. J’ai fixé des pinces à dessin sur une barre transversale pour maintenir un décor (par exemple une feuille de papier au format raisin). La structure est sympa, mais je dois juste faire attention quand je la replie, à ne pas me coincer les doigts (ça pince dur!)

Je couvre cette structure avec un voilage blanc pour diffuser la lumière.  Dans ce petit cocon lumineux, il est aisé de faire de jolies photos.

  • à l’intérieur avec ma série de lampes, même s’il faut encore que je trouve le positionnement idéal.
studio-10
  • ou dehors, en l’orientant en fonction du soleil (et du vent!) J’aurais pu fixer le rideau directement sur les montants du studio, mais je peux ainsi l’orienter comme je veux. Pour l’instant, je reste avec mon rideau négligemment posé.
studio-12

J’ai créé un fond avec des planches de palettes, parce qu’une jolie lumière, c’est bien, mais si le fond est moche, ça ne sert à rien. 

studio-09
Moulins à café en extérieur

Tamiser la lumière permet d’effacer les ombres trop importantes  et de diminuer les contrastes.

framboises-sans-rideau
Plein Soleil
framboises-rideau
Plein soleil + studio

Celle-ci est plus jolie, non?

Respecter les couleurs

S’il y a bien quelque chose qui m’a toujours exaspérée avec mon appareil, c’est la différence de rendu des couleurs entre ce que je voyais et la photo que je faisais. J’ai longtemps essayé de le modifier en post-traitement (quand je prépare mes images pour la publication) mais je trouvais ça fastidieux et pas forcément efficace.

Depuis, j’ai trouvé un petit truc tout bête: je modifie la balance des blancs de mon appareil grâce à une charte de gris. C’est un morceau de plastique gris spécifique que j’ai acheté exclusivement pour ça:

studio-11

Sur mon appareil photo, je vais dans le menu balance des blancs, je change la valeur en prenant un “cliché” de cette charte et ensuite je n’ai plus qu’à prendre mes photos. Si je vois que la lumière change ou que je veux prendre un autre angle, je remodifie cette valeur.

Sur la photo suivante, la même photo prise avec le réglage automatique de la luminosité à gauche puis après modification de ma balance des blancs à droite.

balance-des-blancs

Les couleurs sont chaleureuses, comme je les vois, et mon fauteuil est plus beau, sans trucage.

Ceci termine ce petit tour dans les coulisses de ce blog, à bientôt pour de nouvelles aventures!

Laisser un commentaire