Couture & Ergonomie [2]

Il ne manquait plus que des pieds réglables sous ma table de couture.

Avant de me lancer dans cette petite construction, j’ai fait quelques recherches sur les pieds réglables. La plupart sont en métal, facilement réglables mais aussi assez chers. En bois, j’ai surtout trouvé des tréteaux, assez économiques mais trop imposants par rapport à ce que je souhaite.

J’ai besoin de pieds que je peux régler à quelques hauteurs précises (2-3 maxi), pas forcément hyper rapidement et j’ai surtout besoin que le tout soit assez stable.

J’ai fait quelques zigouigouis pendant que je patientais chez la coiffeuse et j’ai filé ensuite direct dans mon magasin de bricolage.

Pour fabriquer ces pieds, j’ai eu besoin de :

  • 3 tasseaux plats de 47 x 23 mm
  • 1 nez de cloison en pin de 80 mm de large : c’est un morceau de bois en forme de gouttière. Le tasseau plat doit bien glisser dans le nez de cloison avec quelques millimètres de rab.
  • 4 boulons de 6/50 (on peut doubler la quantité pour plus de stabilité)
  • des écrous à ailettes de diamètre 6
  • des vis : 4/40, 4/60, 4/30
  • un quart de rond de 22 mm de rayon (il ne traîne plus dans mon atelier!)

Les pieds sont séparés en 2 structures indépendantes qui seront réunies à la fin.

La structure supérieure:

J’ai posé 2 tasseaux transversaux sous la tablette afin d’y fixer les morceaux de nez de cloison (coupés à 60 cm de long). C’est une partie qui peut être améliorée : les vis sont visibles. J’ai percé chaque morceau au milieu pour y passer mon boulon lors du réglage.

Pour rendre la table réglable plus facilement, on peut faire une rainure sur une trentaine de centimètres pour y passer le boulon et faire un réglage plus fin (mais peut-être moins stable). Je n’ai pas le matériel adéquat de mon côté (en tout cas, pas encore). Je n’ai donc fait qu’un seul trou par pied.

La structure inférieure

La seconde partie est un peu plus complexe : mes coulisses sont en place sur l’autre partie, là, j’ai besoin d’apporter la stabilité :

Comme la photo était plutôt moche (trop de soleil), je vous ai fait un petit schéma:

La moitié de la structure des pieds inférieurs

L’union des structures:

Au final, une fois après avoir tout remis ensemble, mes pieds étaient trop bas : c’est normal, il manquait les trous dans la structure du bas. Pour trouver leur position, j’ai fixé les pieds coulissants à la hauteur que je souhaitais (ici 68 cm) avec un serre-joint pour chaque pied, j’ai percé en me servant du trou déjà présent et j’ai mis en place mon boulon et mon écrou à ailette.

Quand les serre-joints sont enlevés, voici à quoi ressemble ma table :

Maintenant, rien ne m’empêche de déterminer d’autres hauteurs de prédilection et d’ajouter des trous supplémentaires.

La table peut rapidement grandir…

Pour une fois, ce n’est pas un chat qui s’incruste dans la photo : je vous présente Franklin la tortue (de tonte)

… quitte à devenir un couds-debout

Maintenant, il faut que je réfléchisse sérieusement à la poncer, vernir, ou huiler, ou peindre, et boucher les trous.

En conclusion:

Dans ma tête, cette petite expérience bricolo-ergonomique n’avait qu’un but: tester cette nouvelle position de couture. Pour ça, il me faut un peu de temps, j’en reparlerais ici quand j’aurais rendu mon verdict.

Mise à jour du 19/07/2019: mon verdict…

Aujourd’hui, j’ai passé un peu plus de 2 heures à coudre à ma machine, ce qui autrefois était largement suffisant pour me donner des douleurs.

J’ai revu l’agencement de mon coin couture. Cette table n’est pas très encombrante et plutôt facile à déplacer (j’ai mis des patins de feutres sous les pieds, elle glisse très bien sur le parquet).

Désormais, je me place perpendiculairement à ma source de lumière que je situe à ma gauche.

Position de la table par rapport à ma source lumineuse (ici une fenêtre de toit)

Cela a amélioré nettement mon confort de vue sur mon ouvrage (en pleine journée, c’est vraiment idéal).

Une fois installée à ma table de couture, j’ai toujours l’impression que c’est très bas. C’est normal, il va falloir que je m’habitue. Je ressens bien que mes épaules sont relâchées, ce qui est le but recherché: je n’ai plus la tête enfoncée dans les épaules.

Ma position de couture est nettement meilleure pour mon dos : Je couds avec le dos bien droit, bien calée contre l’appui lombaire de mon fauteuil, seuls mes yeux se baissent vers mon ouvrage. J’ai l’impression d’être loin, mais je vois quand même bien ce que je fais. Si jamais j’ai besoin ponctuellement de m’approcher, par exemple parce que j’ai du mal à enfiler mon fil, je me recule un peu et je me penche d’un bloc.

C’est une façon de coudre plus détendue, même si il y a un peu d’apprentissage pour se tenir droite et faire des mouvements nouveaux.

Après 2 heures de couture presque non stop, mes trapèzes sont repartis aux oubliettes! C’est très bien : qu’ils y restent!

Fin

14 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Couturémoi dit :

    Et comment vous faites pour utiliser le bras libre de votre machine (si vous en avez un)

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Bonjour,
      J’ai une machine complètement classique comme tu peux le voir :
      Ma machine
      Depuis que j’ai fabriqué la table, je n’ai pas eu besoin d’utiliser le bras libre (à vrai dire, il est moins pratique que celui de mon ancienne machine, donc je ne l’utilise quasiment plus)
      Si ça devait être le cas, il me suffit de sortir la machine de sa table et de faire la couture dont j’ai besoin. Elle est juste posée. Le confort que je ressens à présent pour coudre – plus aucune douleur – est un gros progrès pour moi qui mérite quelques petits sacrifices.
      Bonne journée!

  2. Natdel7674 dit :

    J’adoooore !!! Je cherche justement une solution pour faire une table avec un plateau découpé pour y mettre ma machine mais qui soit réglable en hauteur. J’ai vu sur le bon coin des tréteaux IKEA réglables en hauteur mais ils sont gros et pas facilement deplacables une fois que le plateau est dessus. Je crois que je vais fortement m’inspirer de cette magnifique réalisation ! Merci beaucoup !

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Je n’ai pas trouvé de solution pour un réglage en hauteur facile. Par contre, j’ai trouvé ma bonne hauteur: c’est ça la morale de cet article.

  3. Filo dit :

    Ah! Vraiment intéressant, j’ai le même problème (en moins violent, peut-être parce que je suis plus grande?) et je soupçonnais déjà que c’était une question de placement en hauteur. Ca me donne matière à réflexions pour réaménager mon plan de couture, et j’avais déjà vu des mobiliers spécial couture avec encastrement pour la machine. Et votre placement avec fenêtre côté gauche est évident si l’on y réfléchit (moyennant quoi, mon installation est disposée avec fenêtre côté droit, pff!)pas toujours facile de faire coïncider ergonomie et réalité des pièces! 😉

  4. Dominique44 dit :

    J’ai cousu ces deux dernières semaines entre 4 et 6 heures par jour et depuis hier, j’ai une vive douleur sous l’omoplate . Je viens de trouver votre article très interessant. Je viens de calculer les hauteurs qu’il faudrait que je mette en place, je devrais avoir un plateau hauteur couture à – 22 cm !!!! Quant à mon siège, n’en parlons pas non plus. Je vais tenter ce que vous avez testé. Les mauvaises habitudes vont être difficiles à perdre.
    Etes-vous satisfaite de votre construction ? vous n’avez pas de vibrations lorsque vous cousez ?
    Merci pour votre article.

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Bonjour, je ne couds jamais autant que vous le faites, mais j’avais très rapidement des douleurs. Je pense qu’il y a encore des améliorations à faire pour la stabilité de ma table, ça vibre un peu mais ça ne me gêne pas parce que je couds assez rarement. Par contre, le fait d’avoir les coudes au niveau du plan de couture diminue vraiment les tensions sur les muscles du dos et des épaules. Il y a probablement d’autres façons de le faire. Vu les visites reçues sur cet article, je peux t’affirmer que nous ne sommes pas les seules à avoir ce problème.

      1. dominique44 dit :

        Merci pour ta réponse . Je vais sérieusement me pencher sur la question, je couds beaucoup. Pas en tant que professionnelle, mais bien addict. J’en ai parlé à des copines couturières, en effet, ça touche pas mal de monde. Je pars bientôt pour 2 mois voir mon fils au Canada. Des que je rentre, je m’occupe des pieds de ma table. Je donnerai des nouvelles de mes essais.

      2. Bab la bricoleuse dit :

        Soit tu baisses ta table, soit tu trouves un moyen de monter tes pieds. C’est une autre solution. A bientôt

  5. Ginie974 dit :

    Bonjour,
    merci d’avoir partagé vos zigouigouis améliorés!
    J’avais pensé à une latte coulissant entre 2 autres (dans l’idée des tréteaux), mais votre solution me semble plus simple à mettre en oeuvre!!
    J’aurai 2 questions: Je suppose que la barre transversale sur l’arrière est pour la rigidité en latéral de l’ensemble? Est-elle fixée/vissée sur les lattes basses – ce serait logique!)?
    Pensez-vous qu’il y aurait un intérêt à rajouter, sur les 4 pieds, un 2ème « boulonrondellesécroupapillon », dans la partie basse des nez de portes – je dirais 4 ou 5 cm au-dessus du bord bas) pour avoir une plus grande cohésion entre les lattes fixes et les nez coulissants? Avec le temps, les vibrations, les éventuelles changement de hauteur, les déplacements et les coups de genou intempestifs, le bois va jouer et les vis/boulons risquent de ne plus autant assurer ces cohésion et rigidité du pied…
    Une idée comme ça: fixer une barre entre les pieds, barre qui repose sur la traverse, et qui 1) assure l’écartement latéral des pieds, et 2) est stratégiquement placé pour empêcher cette scrogneugneu de pédale de se faire la malle …
    Merci encore
    Ginie

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Très long commentaire, je prendrais le temps de te répondre en soirée

    2. Bab la bricoleuse dit :

      Me revoilà pour te répondre (je n’avais plus trop l’article en tête ce matin).
      Je vais te le dire franchement, quand j’ai fabriqué ces pieds réglables, c’était parce que je doutais beaucoup de la hauteur préconisée pour moi (je la trouvais très basse). Depuis, je me suis habituée, mes douleurs ont disparu et finalement, je n’ai jamais changé la hauteur.

      D’un point de vue plus pratique, la barre transversale permet effectivement de rigidifier l’ensemble, la partie avec les nez de cloison étant plus chambranlante (pour ma part, c’est cette partie-là que je souhaiterais renforcer).
      Une seconde en bas? pourquoi pas, même si ça ne me semble pas utile. J’aime bien que le robot aspirateur puisse passer sans obstacle et je n’ai pas vraiment de problème avec la pédale qui se fait la malle…
      Effectivement, j’avais comme projet d’ajouter un 2ème « boulonrondellesécroupapillon » par pied, mais comme je n’ai plus jamais changé la hauteur, je ne l’ai jamais fait. Mettre des patins en feutre a donné de la stabilité (et limité les vibrations).

      La partie réglage est à améliorer, mais si il n’y pas besoin de réglage, fabriquer des pieds stables à la bonne hauteur suffit.
      Je crois que j’ai fait le tour. Merci pour ton commentaire! A bientôt!

  6. Ginie974 dit :

    Merci pour cette réponse complète et rapide!
    Je ne comprends pas trop pourquoi la partie avec les nez de cloison serait chambranlante?? Mais j’aurais ma réponse quand je fabriquerais la table!!! Sitôt que les magasins de brico du coin auront des nez de cloison!…Pffff!!

    J’avais zappé le robot aspirateur…Ouarf!

    En suivant le lien que tu donnes pour connaître la hauteur de son bureau, j’ai fait faire les calculs pour moi: 66cm de hauteur idéalement! C’est plus bas que la table à manger! Heureusement tu témoignes que c’est physiologiquement correct!!!

    Merci encore pour le partage!
    Bonne soirée/journée
    Ginie

    1. Bab la bricoleuse dit :

      C’est la bonne hauteur si tu peux poser tes avant-bras sur la table en ayant les épaules détendues (à coupler avec une chaise à la bonne hauteur évidemment).

Laisser un commentaire