Parcours de bricoleuse

1974 : mes parents ont enfin une fille. Pendant les années qui suivent, je grandis jusqu’à ce que mes doigts soient assez longs pour tenir une paire de ciseaux (à bouts ronds). Pendant ma scolarité, je bricole, je couds, je tricote, je dessine dès que j’ai du temps libre. Je le fais uniquement avec de la récup’, tout ce que je trouve à la maison ou dans l’atelier de mon père. Je manque toujours cruellement de colle. Ma poupée Barbie a une collection de fringues hallucinante et une maison démontable rangée dans 2 tiroirs rassemblés comme une valise.

1992-1997: Je quitte la maison pour faire mes études, d’abord un DEUG B puis le DE de manipulatrice radio. J’avais laissé mes activités créatives en suspens pendant mes études, je les reprends dès le lendemain de l’obtention de mon diplôme. J’achète des planches et des carreaux de faïence pour créer une table basse en mosaïque. Je commence ma carrière professionnelle.

1999 : Je plaque tout pour faire une formation de décoration commerciale à Nîmes pendant 9 mois. J’apprends la gestion de l’espace, les couleurs, la PAO. Ma courte carrière de décoratrice s’interrompt brutalement à cause d’une relation sentimentale toxique.

2002 : Je reprends ma carrière paramédicale par hasard.

2006-2009: Je crée mon premier blog. Deux ans plus tard, je gagne le prix du festival de Romans sur Isère, catégorie blog passion. Dans la foulée, un éditeur me contacte pour écrire un livre. Je réponds à quelques interviews…

OF-031108

2009: Sortie de mon livre. Je commence à travailler sur le second, mais je finis par abandonner en cours de route. Ma carrière d’autrice se termine là, sans regret. Une fois que l’encre est sèche, le livre est fini, on ne peut plus y revenir.

2011 : J’achète une maison, je tombe amoureuse et je disparais de la blogosphère, dans cet ordre-là.

2017 : Je reviens en ligne et j’y reprends goût.

Encore quelques mots :

C’est très bizarre d’être une blogueuse. L’écran est une barrière invisible, comme un miroir sans tain. Vous me voyez, je ne vous vois pas. Je sais combien vous êtes, de quels pays vous venez, quels articles vous plaisent. Je suis une vraie gourde quand je rencontre des gens qui aiment ce blog. Je perds complètement mes moyens.

Ce blog est toujours en chantier. Il n’y a pas une semaine où je n’y modifie pas quelque chose. Même ce texte…

Bab