Mon Nouveau Coin Pas Couture

Voici un article qui a un goût de fourzitou… au bambou.

J’ai fait beaucoup de changements dans mon atelier en ce début d’année. Il est bien loin le temps où je bricolais sur la table de la cuisine ou par terre dans le salon.

J’ai installé un nouveau bureau dans le coin qui abritait l’imprimante autrefois. Si vous voulez voir comment c’était avant, c’est par là

Ce coin bureau, c’est le coin ni tissu, ni bois. C’est l’endroit où je peux bricoler des bijoux, poser des rivets ou des œillets, m’initier à d’autres techniques… et tout laisser en plan pour aller faire autre chose ailleurs!

C’est un petit espace mezzanine, juste au-dessus du poêle à bois: je serai au chaud pour l’hiver. J’avais déjà installé un plan de travail à 90 cm de hauteur, sous lequel je planquais ma station de repassage et ma desserte.

Installer un plan entre 2 murs, ce n’est pas une partie de rigolade : les murs ne sont jamais parfaitement droits et les angles non plus. Soit ça ne passe pas du tout, soit ça passe trop bien et le plan est trop court, dommage! J’ai trouvé mon petit truc à moi : je coupe un morceau de tasseau à la longueur que j’ai mesurée et je le pose tout le long pour voir si ça passe ou si c’est trop long et c’est à partir de ce tasseau que je reporte mes mesures sur mon plan de travail. C’est empirique, mais ça fonctionne.

Installer des meubles, des plans de travail, c’est bien, mais ça ne remplit pas mes aspirations ultimes pour rendre les choses pratiques, j’ai donc fabriqué 2-3 petites choses pour upgrader tout ça.

Petites choses en bambou

Je cherchais depuis quelques jours un moyen de créer un porte-outils en bois. J’avais essayé avec des morceaux de pin qui traînaient dans mon atelier, mais je n’étais pas satisfaite du résultat. Les trous avaient fait des éclats en surface, ils n’étaient pas nets. Même en perçant sur l’envers avec une planche martyre, le résultat me laissait perplexe.

La réouverture des magasins a été l’occasion pour moi d’aller chez Ikea pour acheter un second panneau perforé et ses accessoires pour mettre dans mon coin pas couture. En me baladant, je suis tombée sur les planches à découper en bambou et mon cerveau tordu s’est mis à faire des plans.

Je n’avais jamais travaillé le bambou, mais j’ai pensé que ce serait le matériau idéal pour me faire un socle où planter des outils. Il n’y a pas de difficultés majeures à couper le bambou, et les coupes sont plutôt nettes, avec une finesse appréciable. Il n’est pas étonnant qu’on en voit partout.

Je ne sais pas si je peux dire que j’ai fait du Ikea-hacking, quand j’utilise un produit juste pour sa matière…

J’ai acheté 2 planches à découper : une plutôt grande et une petite

Le socle porte-outils

Pour fabriquer ce socle, j’ai dessiné un gabarit de perçage sous Inkscape. J’utilise beaucoup ce logiciel quand je prépare de nouvelles créations, pour mettre les choses au clair. Il me fait gagner du temps, particulièrement ici.

J’ai pris tous les outils que je voulais placer et j’ai mesuré leur diamètre avec un pied à coulisse. Je les ai placés en fonction de leur encombrement sur mon dessin et je les ai alignés comme je voulais.

Ensuite je l’ai imprimé sur un A4 que j’ai fixé sur la grande planche à découper. J’ai percé mes trous avec un guide pour ne pas que ça parte dans tous les sens, en traversant complètement la planche jusqu’à une planche martyre. C’était facile: j’avais même indiqué le diamètre du foret à mettre sur la perceuse.

J’ai ajouté 2 petites rainures à la défonceuse.

J’ai coupé ma planche à découper en deux, j’ai collé la seconde partie sous la première, j’ai laissé sécher la colle puis j’ai recoupé les côtés. Ponçage, huilage. Terminé.

Il y a quand même quelques petits éclats au niveau des trous, mais le résultat est quand même pas mal.

Le support de fer à repasser

Depuis pas mal de temps, je cherchais un support de fer à repasser mural, un peu joli quand même, à placer juste au dessus de la prise électrique, pas loin de ma station de repassage.

J’ai utilisé la petite planche à découper pour faire la base de ce support et les restes de l’autre planche pour faire l’étagère et la patère où enrouler le fil. L’angle du bord était bienvenu, il correspondait assez bien à mon fer.

Le support à pinceau:

Encore avec les chutes, j’ai percé 2 trous avec un gros foret (10 je crois) à 2,5 cm du bord en biais de la planche à découper. Ce n’est qu’ensuite que j’ai coupé au milieu du trou afin de créer les rainures à pinceau.

Encore des supports à bobines et à canettes

C’est à croire que j’ai une passion pour ce genre de choses, j’en ai déjà parlé ici et là… Avec une autre planche à découper (mais pas de chez le suédois cette fois), j’ai fabriqué ces supports à bobines : un pour mon bureau, où je les stocke en attendant d’aller les ranger et un porte-cônes et canettes près de ma machine.

J’ai utilisé du tourillon en hêtre pour les supports. Pour être plus raccord niveau couleur, j’ai teinté mes morceaux de tourillons avant de les planter.

C’est fini pour le coup de bambou, à bientôt!

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Quelle organisation! J’aime particulièrement le stockage du fer à repasser!!! Toujours de bonnes idées!

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Le support de fer, je l’ai cherché longtemps! Il est bien là, il faut juste que je pense que c’est pour quand il est froid, j’ai tendance à le reposer quand il est chaud…

  2. Bellita dit :

    De la débrouille, de la récupération et des détournements, mais avec beaucoup de talent et de précision. Je suis admirative !

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Merci!

  3. lescreadisa dit :

    Bonjour
    j’adore votre rangement avec vos astuces de bricolage maison

    1. Bab la bricoleuse dit :

      Merci!

  4. C’est génial !!! J’ai très envie de piquer quelques idées pour mes travaux d’été !
    Merci 😄

Laisser un commentaire