Canevas sur Toile de Jute [1]

Telle Pénélope (celle d’Ulysse, pas celle de François), je me suis mise à la broderie.

L’hiver, comme beaucoup de mammifères, j’hiberne. C’est une période creuse pour ma créativité. C’est aussi une période où j’aime me consacrer à des travaux de longue haleine.

J’avais des envies de broderie depuis plusieurs mois sans savoir par où commencer. L’idée de me faire un sac en canevas me titillait, mais comme je l’ai dit il y a quelques lignes à peine, l’hiver, j’hiberne, je ne cours pas les vide-grenier (guère plus le reste de l’année).

Je n’ai pas gardé un souvenir ému des salons des années 70-80 : les papiers peints aux gros motifs oppressants, les canapés et fauteuils recouverts de tissu jacquard marronnasses et pour parfaire le décor, le canevas d’une scène de chasse à courre encadrée fièrement au-dessus du canapé. (Dès que je peux me brancher un écran sur l’image que j’ai dans la tête, je vous la colle ici, c’est promis).

Certes, j’avais envie de canevas, mais pas forcément envie du style qui va avec.

Comme à mon habitude – mes envies de bricolage ne peuvent pas attendre – j’ai fait avec ce que j’avais sous la main pour commencer : de la toile de jute.

Pour le fil, j’avais fait une collection de moulinés chez Action: une solution temporaire et économique. Il existe aussi sur Amazon des lots de 100 à 250 échevettes (de 10 à 25€), compatibles avec le nuancier DMC, qui peuvent permettre une bonne mise de départ pour un ouvrage un peu plus sérieux.

Je me suis fait la main avec des motifs géométriques :

Grace à ce canevas, j’ai appris qu’il faut obligatoirement fixer sa toile de jute sur un tambour. Le demi-point utilisé en canevas tire la toile toujours dans le même sens et à force la vrille : c’est dommage de broder un rectangle pour finalement se retrouver avec un parallélépipède-rectangle.

Canevas sur toile de jute réalisé sans tambour (ni trompette) : légèrement vrillé (ça ne se voit pas vraiment sur la photo, je l’avais bien tordu dans l’autre sens pour compenser)

Je me suis amusée à le faire et j’aime le résultat. Je me suis arrêtée parce qu’il était déformé et donc difficilement utilisable en couture. J’ai juste fait une petite pochette avec :

On voit sur cette photo que la pochette est vrillée.

Créer un canevas ou une broderie avec le motif de votre choix.

Première Partie : En installant un logiciel

Le logiciel NCH Photopad propose (entre autres) une option broderie. Il est disponible gratuitement dans sa version d’essai (un mois environ). Pour l’acquérir au-delà, il vous coûtera entre 45 et 50€.

Ouvrez le logiciel, cliquez sur « broderie ».

Sélectionnez votre photo. J’ai choisi ma photo de profil pour cet exemple :

Le logiciel propose une première version avec 50 points de large et 30 couleurs :

30 couleurs / 50 points

Je peux alors modifier ces paramètres à ma guise. Ici je modifie le nombre de points. C’est déjà mieux…

30 couleurs / 110 points

J’ai tâtonné un peu en modifiant plusieurs fois le nombre de couleurs. J’étais partie sur 40 voire 60 couleurs pour finalement m’arrêter à 16. Le canevas final me plaisait, même si je perdais un peu de relief sur la partie basse de la photo.

16 couleurs / 110 points

Une fois que c’est terminé, vous pouvez enregistrer la photo et récupérer un pdf avec la grille à recomposer et le nuancier de couleurs compatible avec les cotons DMC.

un extrait de la grille

Je suis assez dubitative en ce qui concerne les couleurs choisies par le logiciel. Même en utilisant les bonnes couleurs DMC, je trouvais le résultat assez éloigné de la proposition retenue. Serait-ce mes yeux?

J’ai modifié les couleurs en fonction de mon instinct et de mes disponibilités en échevettes. Je me suis installée au coin du feu et je me suis mise au boulot.

Ma petite Bab terminée, il était temps de me lancer sur un plus grand projet.

(à suivre…)