Publié le 3 commentaires

Le Sac Marcel

J’adore fabriquer des sacs légers pour transporter toutes sortes de choses au quotidien. Pour celui-ci, j’ai repris la forme de ces sacs qu’on nous a distribué à foison pendant des années au supermarché. Ils étaient en plastique moche, on les retrouvait partout accrochés à des branches d’arbres. Depuis, ils ont été interdits et ont plus ou moins disparu de la circulation.

J’avais déjà fait un sac du même genre avec un ruban de Möbius en appliqué. L’idée d’en refaire un traînait dans ma tête mais un petit détail que je n’avais pas su régler m’empêchait d’aller plus loin. L’illumination m’est venue cette semaine, alors le voici de retour, avec un nouveau nom : le Sac Marcel.

Il est léger, facilement pliable dans un sac à main et surtout il est super facile à coudre. Il vous faudra un morceau de tissu d’environ 50 x 100 cm. Et c’est tout!

Pourquoi Marcel? La réponse devrait vous sauter aux yeux sur une des prochaines photos…

Comme il était un chouïa trop simple (il faut bien que je m’amuse un peu…) j’ai mixé cette création avec un soupçon d’arts plastiques. J’ai choisi un coupon de lin blanc que j’ai customisé avec des feutres à alcool (de chez Action).

Contrairement à des feutres faits pour le tissu, l’encre se diffuse par capillarité dans les fibres. Les bords sont donc toujours un peu flous, comme un vieux tatouage. Les couleurs sont miscibles entre elles ce qui peut donner des effets sympas de fondu. Il n’y a pas besoin de faire quoi que ce soit pour fixer la couleur. Dès que c’est posé, c’est teinté: on ne peut pas revenir en arrière ou effacer quoi que ce soit (attention à bien protéger la table). J’ai choisi un tissu blanc pour avoir les vrais couleurs car ce sont des encres transparentes, le fond du tissu reste visible.

Je me suis donc amusée à faire des rayures de couleurs, à chaque extrémité de mon tissu. C’est parti pour une activité coloriage dont voici le début dans cette petite vidéo :

Finalement, après quelques reprises et réflexions, ça a donné un tissu tout neuf, lumineux à souhait (comme j’aime!).

La couture du sac

Un petit schéma pour mettre les choses en place

Préparez-vous, ça va être très rapide (et tout en photos).

Mon tissu est plié en 2, ici envers contre envers pour vous montrer qu’il a été dessiné à chaque extrémité. Pour commencer la couture, il faut d’abord le plier endroit contre endroit.

Je couds puis je surfile le contour de mon tissu plié.

En haut, je ne couds pas le long du pli

La moitié de la partie couture est déjà faite.

Je plie ensuite mon sac de façon à ce que mes 2 coutures alignées (ici à droite sur la photo). J’y place le contour découpé sur le pdf.

Je coupe les contours arrondis de mes futures anses en suivant mon gabarit.

Attention : le grand arrondi est du côté du pli, le petit du côté de la couture.
Marcel est là!

Je fais quelques points de couture pour consolider le bord de la couture des côtés. Cela sera plus simple pour la suite.

Là, ça pourrait se compliquer un peu, mais pas tant que ça. Je couds les contours des anses avec un point zigzag bien large.

Je peux m’arrêter là, mais je trouve que c’est plus joli en repliant ce point zigzag et en refaisant un tour de la même manière, comme sur la vidéo suivante :

Ou je peux utiliser un pied spécial mini ourlet, mais ça ne marche bien qu’avec un tissu fin.

Mes anses ne s’effilocheront plus.

Il reste juste un petit détail à terminer : le pli du fond. Il suffit de replier les bords comme sur la photo et de coudre en suivant la couture déjà faite en bas.

Ce qui donne ça :

Quand on retourne le tout, le creux reste à l’intérieur et le pli est bien formé.

Je marque le pli à partir du bas jusqu’au sommet de mes anses et je fais juste une petite couture pour le maintenir.

Et voilà mon sac prêt à être utilisé.

J’ai customisé une face avec mon logo en transfert à chaud découpé à l’aide de ma Caméo.

Marcel est prêt pour le chargement!

Quelques jours plus tard…

J’ai utilisé ce sac pour emmener ma gamelle au boulot et j’ai fait une tache de vinaigrette au balsamique. Comme d’habitude, j’ai mis un peu de détachant sur la tache et je l’ai laissé faire son boulot. Quand je suis revenue, la couleur des feutres avait un peu dégorgé…

J’étais un peu déçue, les premiers tests que j’avais fait ne montraient pas de décoloration. J’ai donc fait une petite expérience pour tester les fixateurs traditionnels pour les teintures sur les feutres.

J’ai découpé 4 morceaux de coton blanc, que j’ai tous dessinés de la même façon.

  • le premier et le deuxième ont été mis de côté.
  • le troisième a été mis à tremper dans un mélange eau + vinaigre blanc
  • le quatrième a été mis à tremper dans un mélange eau + gros sel

Après 12 heures de trempage, j’ai rincé mes tissus. Certains pigments roses s’étaient mis à dégorger d’emblée.

J’ai mis les deux morceaux à laver avec un de ceux que j’avais gardé (machine à laver, 40°C). Après séchage, voici ce que j’ai obtenu:

En conclusion, les pigments roses sont particulièrement sensibles, les fixateurs traditionnels ne fonctionnent pas. Les couleurs déteignent légèrement.

En ce qui me concerne, j’ai juste rincé mon sac, il est devenu légèrement rose, mais il me plaît toujours…

3 réflexions au sujet de « Le Sac Marcel »

  1. Bonjour,

    Je débute en couture. y-a-t’il une raison de mettre l’ouverture du tissu en bas (=futur fond du sac)? Est-ce que ça ferait une différence si la partie pliée forme le fond du sac et que l’ouverture se trouve aux anses??

    Merci d’avance!!

    Catherine

    1. Bonsoir, il est tard, je n’ai plus le tuto en tête… Je regarderai demain pour te répondre parce que là, c’est l’heure du dodo pour moi.

    2. Bonjour, j’ai fait comme ça pour une raison toute simple: pour ne pas avoir de couture aux anses. C’est une couture pas facile à faire et en plus ça fait mal au doigts quand tu portes quelque chose de lourd dans le sac. Bonne journée

Laisser un commentaire