Mon duffle-coat à moi, rien qu’à moi.

C’est une sorte de duffle-coat que j’ai acheté il y a deux ans.
J’aime sa coupe, je trouve qu’il me va bien et je suis bien dedans. Il n’a qu’un seul gros défaut : je n’aime pas ses boutons et le tissu de mauvaise qualité s’est abîmé au fil du temps, ce qui lui donne une sorte d’aspect bouloché inesthétique. En plus, il est noir…

duffle-coat-avant-filtre

Bref, j’en ai parlé avec ma maman qui m’a raconté une jolie histoire. Il y a de nombreuses années, elle aussi avait un manteau qu’elle adorait. Comme elle l’adorait, elle le portait tout le temps, et bien vite, il s’est abîmé. Alors, en bonne économe bricoleuse qu’elle est, elle l’a entièrement décousu et recousu sur l’envers. Il va sans dire que sa forme s’y prêtait et que ma maman est quelqu’un de très perfectionniste (encore plus que moi!)

Je n’ai pas l’intention d’être aussi économe…

J’ai acheté:
– 2 m de tissu anthracite 100% pure laine
– 1,5m de tissu polyester gris avec un petit dessin floral

  • 5 brandebourgs en bois
  • un bobine de fil anthracite.
    pour un total de 56 euros.

Patiemment, avec de petits ciseaux pointus, j’ai décousu la moitié du manteau et les parties uniques (comme le dos et la capuche). Pourquoi ne l’ai-je pas complètement décousu? tout simplement parce que j’ai une petite tête et que j’oublie au fur et à mesure comme les pièces sont fixées entre elles. Là, j’ai ma sortie de secours!

J’ai repassé les morceaux, et je les ai utilisés comme patron pour découper les nouvelles, en n’oubliant pas la symétrie pour les pièces doubles (mon tissu n’est pas réversible).

Je vais zapper toutes les petites surprises qui me sont arrivées au cours de la couture… ça fait partie des impondérables inhérent à ce genre d’entreprise. J’ai juste appris un truc au cours des années, c’est qu’il faut prendre le temps d’être casse-couille perfectionniste. Si les gens qui ont créé le patron ont mis une courbure de ce côté-là et pas de l’autre, c’est que c’était là et pas ailleurs. Je l’ai appris à mes dépens quand j’ai inversé les manches et que je me suis retrouvée avec un truc informe, comme si j’avais mis le manteau à l’envers.

Et voilà ce que ça donne un dimanche matin au réveil:


Pour une première tentative de ce genre, c’est pas mal.
En général, à part quelques jupes toutes simples, j’évite de me lancer dans la confection de vêtements.

C’est pas tout ça, mais j’ai beaucoup de choses à faire aujourd’hui, puisque je débarque à Montparnasse demain soir après le boulot…

Laisser un commentaire